Frédéric, votre guide francophone privé ... Pour en savoir plus, cliquez ici.

carte de l'altiplano

Cliquez sur la carte pour l'agrandir !

 

 

 

 

 

cuitzeoLes Hauts Plateaux, au cœur du Mexique colonial

L’altiplano du centre du Mexique est le cœur du Mexique colonial. C’est en effet là, où les colons espagnols ont construit les plus belles villes de Nouvelle-Espagne, où vous sentirez l'âme mexicaine et où vous contemplerez également de magnifiques paysages.
San Miguel de Allende

Sans conteste, les villes de San Miguel de Allende et de Guanajuato sont les plus beaux joyaux de cet altiplano. Si la première a tiré sa richesse de l’élevage et de l’arrivée récente d’une communauté étrangère, la deuxième a su profiter du plus important filon argentifère au monde pour se parer de théâtres, de musées et d’une des plus importantes universités du pays. Ces deux villes vous captiveront par leur charme si particulier.
Querétaro à quelques dizaines de kilomètres est également une très belle ville coloniale inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO.

Plus au sud, en traversant la magnifique Laguna de Cuitzeo, vous arriverez à Morelia, capitale de l’État du Michoacán. Bien que peu visitée par les touristes étrangers, elle regorge de palais, d’églises et de jolies places ombragées où vous pourrez profiter de son importante vie culturelle.
GuanajuatoA une cinquantaine de kilomètres de Morelia, vous découvrirez le fascinant Lac de Patzcuaro, cœur culturel de l’ethnie indienne des Purepechas (ou Tarasques). Aussi bien dans la jolie petite ville de Patzcuaro que dans les villages autour du lac, vous pourrez sentir battre le cœur du Mexique profond. On y produit un artisanat de grande qualité. Ici des masques, là des guitares, un peu plus loin des objets en cuivre, chaque village s’est spécialisé. C’est aussi l’endroit au Mexique où la Fête des Morts est fêtée avec le plus de fastes.

Toujours dans l’État du Michoacán, de novembre à mars vous pourrez découvrir l’étrange phénomène de la migration des papillons monarques qui, chaque année, par centaines de millions, depuis le nord des États-Unis et du Canada entreprennent le même long périple pour passer l’hiver dans ces quelques hectares de forêts de pins du Michoacán, à près de 3000m d’altitude. Enfin, une autre attraction phare du Michoacán est l’ascension du volcan Paricutín, dernier volcan né au Mexique, dans le champ d’un paysan purepecha en 1943.

ParicutinA quelques heures de routes de Morelia, vous arrivez à Guadalajara, deuxième ville du pays et capitale de l’État de Jalisco. Forte de ces 5 millions d’habitants et de son dynamisme économique, Guadalajara a su rénover avec succès son centre historique. A quelques kilomètres de là, le centre colonial de Tlaquepaque propose dans de somptueuses boutiques le meilleur de l’artisanat et de la décoration intérieure du Mexique.

Plus au nord, Zacatecas, autre grande ville qui a fondé sa richesse sur ses mines d’argent. Vous pourrez vous promener dans son centre historique, contempler sa cathédrale et visiter une ancienne mine d’argent.

A l’est de Zacatecas, San Luis Potosi présente le plan classique des villes coloniales Cascada de Tamulavec ses places ombragées, sa cathédrale baroque et ses jolis bâtiments du 18ème siècle. Le reste de l’état de San Luis Potosi vous réservera aussi de belles surprises notamment dans la région de la Huasteca Potosina avec ses chutes d’eau impressionnantes, ses rivières turquoise et sa nature verdoyante. A l’opposé, le Nord de l’état présente un tout autre visage, avec le village fantôme de Real de Catorce posé au milieu d’un paysage complètement désertique.

L’Altiplano Central vous surprendra également par l'incroyable beauté de ses paysages, continuellement changeants entre hautes montagnes, larges vallées et hauts plateaux. Les climats changent en fonction de l’altitude et de l’exposition aux vents. Vous verrez ainsi défiler des paysages extrêmement variés mais toujours très spectaculaires et en quelques dizaines de kilomètres vous passerez de la végétation alpestre au quasi désert et, en continuant encore un peu plus loin, à la luxuriance tropicale.